AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 mais regarde toi : tu fous l'bourdon. (orsaël)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Orsay Temple
PSEUDO : soeurs d'armes.
AVATAR : zippora seven.
MESSAGES : 74
CREDITS : @fair game
ARRIVEE : 31/08/2015
ÂGE : vingt-quatre.
SANG : de bourbe, mais tu ne prends pas ça comme une honte.
DON : lycan.
COEUR : trop sauvage pour pouvoir aimer.
EMPLOI : employée à l'animalerie.

MessageSujet: mais regarde toi : tu fous l'bourdon. (orsaël)    Dim 6 Sep - 19:27

mais regarde toi : tu fous l'bourdon.
saël beaumort && orsay temple

Elle était belle dans les derniers rayons que le soleil allait rependre ce soir, avec ses joues roses et ses cheveux tirés en queue de cheval. Sa blouse blanche nouée à la taille et ses yeux brillants de fierté, elle continuait à trembler parce qu'elle venait d'accomplir. La main d'Orsay était posée sur un Jack Russel, un petit chiot qui était arrivé le matin même pour une opération. Ses yeux noirs étaient encore remplis de douleur, même si la blonde en avait enlevé une bonne partie. Ses veines étaient encore noires et très visibles et son bras lui faisait mal, mais elle n'y prêtait pas attention, trop occupée à se soucier de l'animal devant elle.  Elle retira sa main délicatement et secoua son bras pour le dégourdir et ne manqua pas de faire tomber une fiole remplie d'un liquide transparent en même temps. « Merde ». Une flaque s'était étalée sur le sol et des bouts de verres étaient éparpillés un peu partout dans la pièce, mais étonnement, Orsay n'était pas en colère. Certains jours, elle savait garder son calme dans des situations comme celles-ci et arrivait parfois à s'étonner elle-même. Elle se baissa pour rassembler les gros bouts de verre au milieu de la flaque et se coupa au bout du doigt. La plaie se referma presque immédiatement, ne laissant aucune trace de son passage derrière elle.

Orsay laissa échapper un petit sourire de satisfaction et releva la tête. Son sourire s'effaça presque immédiatement quand elle le vit s'approcher. Pourquoi il était là lui ? Qu'est-ce qu'il voulait encore ? Orsay n'avait jamais apprécié ce gars-là, mais elle aimait être confrontée à lui, à lui montrer qu'elle peut le battre, qu'il lui suffit de sortir les griffes pour lui montrer que c'est elle la plus forte.

« Qu'est-ce qu'tu fous là Saël ?
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

Spoiler:
 

_________________
one thousand lonely stars
i've died a thousand times ✻ i'd die to be where you are. i tried to be where you are. every night, i dream you still here. yhe ghost by my side, so perfect so clear. when i awake, you disappear.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Saël Beaumort
PSEUDO : wildworld (chloé)
AVATAR : dylan o'brien
MESSAGES : 148
CREDITS : @AESTHETIC
ARRIVEE : 30/08/2015
ÂGE : vingt-cinq années d'une vie torturée.
SANG : pur, à l'évidence, générant l'envie, la richesse, le pouvoir.
DON : lui-même est un don.
COEUR : fiancé à la douce poupée contre son gré, mais son cœur reste meurtris, indécis, généré par un trop plein de pulsions déplacées envers cette rousse endiablée.
EMPLOI : langue-de-plomb, département des mystères.

MessageSujet: Re: mais regarde toi : tu fous l'bourdon. (orsaël)    Ven 11 Sep - 0:38

REGARDE TOI
the saints can't help me now, the ropes have been unbound. i hunt for you with bloody feet accross the hallowed ground. Δ florence + the machine // howl.

louve enragée. louve agitée. vil animal qui l'intrigue, qui laisse un soupçon d'amertume dans ses pensées. orsay. orsay la jolie envolée, petit oiseau fébrile pourtant orné de griffes et de crocs. sauvagerie déguisée en poupée de cire, violence extrême calée dans ce petit corps de femme détesté.

l'attirance se mêle à la méfiance et à l'imprudence. mais le jeu, ce jeu, auquel il aime tant jouer, le sorcier, tient l'avantage plus que tout. c'est sa louve préférée, plaisir tant savouré lorsqu'elle devient colère, grondant comme le tonnerre. elle y perd une partie de raison, la rage l'emportant sur son esprit déjà rempli de complications. c'est lorsque ses cheveux d'or en bataille de sa cascade blonde s'emmêlent entre eux, brouillent son minois d'ange démon, se perdant au passage. c'est lorsque son cri fait surface quand elle est à bout, quand la goutte d'eau fait exploser le vase en mille morceaux. c'est lorsque ses pupilles deviennent cristaux de furie, la foudre jaillissant de ceux-ci, et les éclairs se perdant dans le surplus d'étincelles. c'est lorsqu'elle sort sa face la plus sombre, la plus meurtrière et téméraire. ce visage si meurtri qui fait sourire saël, la satisfaction s'évaporant de cette esquisse narquoise dansant sur ses lèvres.
orsay, c'est celle qu'il aime détester.
orsay, c'est la beauté nature torturée.
orsay, c'est jouer.

bruit de verre cassé. liquide déversé. calme étonnant d'orsay, elle qui, d'habitude, se montre si acharnée d'emblée. saël, il reste un court instant à la regarder, avec ce même sourire en coin. bout de son doigt ensanglanté une seconde, puis immaculé la suivante. et toujours avec cet air plutôt détendu sur ce visage de poupée. elle le surprendra toujours, l'intriguera à jamais. il veut connaître ses plus profondes pensées, ses secrets les plus inavoués. alors il apparaît, face à la volage, la prestance sereine et mystérieuse.
"qu'est-ce qu'tu fous là saël ?" ses veines sont encore noircies d'une douleur désirée. ses mots meurtris sortis de sa bouche si pure et à la fois salie. la haine qu'elle porte au sorcier et réciproque, mais il y a toujours cette sobriété et ce certain respect enfouis, qui peinent à faire surface, leurs deux caractères de plomb cachant cette part de sympathie.
"j'arrive encore à te surprendre, à ce que je vois." le sourire de la louve égaré, parti loin, très loin, là on elle ne pourrait pas le retrouver, pas tant qu'il se tient à ses côtés. le sorcier pose son regard noisette sur celui océan de la sauvage, le guidant ensuite vers la bête affaiblie sur laquelle orsay a la main posée. son sourire s'élargit alors, léger rire étouffé. ses yeux se replongent dans ceux d'orsay, adoptant cette envie de jouer.
"bon travail. ce serait dommage qu'il soit ruiné d'un coup d'un seul, tu ne crois pas ?" pur plaisir. pure envie. aucun intérêt, à part celui de la rendre réellement enragée. il s'apprête à sortir sa baguette, sûr de lui, comme à chaque fois qu'elle se trouvait là.
qui de nous deux à le plus de pouvoir dans ce monde ? n'oublie pas que tu n'es rien, qu'une louve parmi tant d'autres. tu n'es ni plus ni moins qu'une minable munie de griffes. tu penses pouvoir te jouer de moi, douce inconsciente. mais on ne joue pas avec le feu. feu qui brûle de trop, flammes qui te frôlent dangereusement. fais attention. alors qui va gagner, cette fois-ci ? dis-moi, orsay.
© GASMASK

_________________

and your shoulders are frozen, oh but you're an explosion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Orsay Temple
PSEUDO : soeurs d'armes.
AVATAR : zippora seven.
MESSAGES : 74
CREDITS : @fair game
ARRIVEE : 31/08/2015
ÂGE : vingt-quatre.
SANG : de bourbe, mais tu ne prends pas ça comme une honte.
DON : lycan.
COEUR : trop sauvage pour pouvoir aimer.
EMPLOI : employée à l'animalerie.

MessageSujet: Re: mais regarde toi : tu fous l'bourdon. (orsaël)    Mer 16 Sep - 15:34

mais regarde toi : tu fous l'bourdon.
saël beaumort && orsay temple

verre cassé, bête blessée, liquide déversé, il est là le détesté. saël. saël le cas désespéré, celui qui aime ne pas aimer, celui qui aime torturer. beau garçon à l'apparence trompeuse, qui cache derrière sa face de grand sang-pur, un sorcier à la violence abusée.
"j'arrive encore à te surprendre, à ce que je vois."
les regards s'échangent et la méfiance s'accentue. ses yeux noisettes se posent sur ceux océans de la louve, puis sur la bête sur la quelle orsay a la main posée. l'expression du sorcier change, laissant alors place alors à un sourire narquois et ce fameux rire étouffé. ce rire étouffé qui disait d'assemblée bien des choses. orsay l'avait deviné, saël allait encore une fois jouer.
"bon travail, ce serait dommage qu’il soir ruiné d'un coup, d'un seul, tu ne crois pas ?"
main dans la poche, il s'apprête à sortir sa baguette de son pantalon, avec comme toujours, scotchée au visage, cette expression qui ne trompe pas. il oserait tout pour l’énerver, pour la faire exploser, la sauvage.

gorge nouée, paroles coincées, une orsay paniquée, saël allait tout tenter. elle recula d'un pas lourd, détachant au passage sa main de la fourrure de l'animal affaibli. la baguette du sorcier était pointée sur la bête, et il n'hésiterais pas à lui faire vivre ses derniers instants dans ce monde.
il ne suffit que d'un sort.
un seul et ce serait fini pour le pauvre chien.
non. il n'avait pas le droit de faire ça.
"saël, pose ta baguette." second rire étouffé du sorcier mal aimé. orsay comprenait bien la stupidité dont elle venait de faire preuve.
mais bien-sûr orsay, il va la poser sa baguette, et ensuite, il viendra te faire un gros câlin d'amitié et vous deviendrez les meilleurs amis du monde entier.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

_________________
one thousand lonely stars
i've died a thousand times ✻ i'd die to be where you are. i tried to be where you are. every night, i dream you still here. yhe ghost by my side, so perfect so clear. when i awake, you disappear.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Saël Beaumort
PSEUDO : wildworld (chloé)
AVATAR : dylan o'brien
MESSAGES : 148
CREDITS : @AESTHETIC
ARRIVEE : 30/08/2015
ÂGE : vingt-cinq années d'une vie torturée.
SANG : pur, à l'évidence, générant l'envie, la richesse, le pouvoir.
DON : lui-même est un don.
COEUR : fiancé à la douce poupée contre son gré, mais son cœur reste meurtris, indécis, généré par un trop plein de pulsions déplacées envers cette rousse endiablée.
EMPLOI : langue-de-plomb, département des mystères.

MessageSujet: Re: mais regarde toi : tu fous l'bourdon. (orsaël)    Lun 21 Sep - 21:24

REGARDE TOI
the saints can't help me now, the ropes have been unbound. i hunt for you with bloody feet accross the hallowed ground. Δ florence + the machine // howl.

elle a ce regard, orsay. ce regard avec ses yeux qui se veulent de ne pas trop être ébahis. mais y'a cette terreur, cette appréhension, qui se lit dans ses pupilles. elle lutte, jolie louve, de toutes ses forces. mais ses iris sont incertains, peu sûrs d'elle. et ça, saël le sait bien assez.
c'est ce qu'il aime le plus. orsay paniquée, saël satisfait. il se sent supérieur à la sauvage, comme un cran au-dessus d'elle. c'est comme s'il pouvait la voir de haut, avec ses filets d'ors entourant son visage porcelaine, cet air inquiet placardant sa personne et sa méfiance à son égard.
elle recule d'un pas. puis deux. sa main fébrile et légèrement tremblante se détache de l'animal chanceux, enfin, pour l'instant. louve enragée devient petit microbe poussiéreux et sali par l'anxiété.
"saël, pose ta baguette." un nouveau rire narquois s'échappe des lèvres du sorcier confirmé. c'est que t'y crois, en plus, ma jolie. elle a la rage se mêlant à la peur qui montent en elle progressivement. saël lève son regard vers la louve, avec cet effet presque moqueur. ils savent tous les deux que cette phrase prononcée par la blonde emmêlée n'est d'aucun intérêt, et que rien ne peut empêcher saël d’exaucer ses désirs les plus malsains. parce saël n'est pas le sorcier auquel on veut se frotter. il est puissant, arrogant, avec toutes les cartes en main, bien alignées, bien rangées. parce qu'il peut la détruire s'il le veut, vendre son âme au diable. il en connaît, du monde. du beau, comme du mauvais. mauvais, en particulier pour orsay. parce qu'elle n'est pas seulement louve insouciante, mais aussi sang moldu. et ça, saël ne peut pas le cautionner. alors il ne vaut mieux pas approcher son âme de fragile sauvage près du sorcier, au gré de voir son pelage d'un gris froid se consommer.
"et pourquoi ça ?" elle sait, orsay, qu'il suffit une incantation et tout s'achève. un sortilège bien manipulé, et c'est l’effondrement. elle ne veut pas voir ce moment arriver, pauvre bête assassinée, et on dira que c'est de la faute de l'enragée. ça lui tient à cœur, jolie blonde, et saël, il aime prendre ce que les autres ont de plus cher à leurs yeux, ce qui est si précieux.
"tu connais assez mes intentions, orsay. t'auras bien du mal à m'en dissuader." il veut l'entendre parler, jeune louve en furie. qu'elle s'exprime, qu'elle sort ses crocs aiguisés et ses griffes négligées. que ses yeux deviennent étincelles, qu'elle essaye de l'impressionner. montre-moi, orsay.
© GASMASK

_________________

and your shoulders are frozen, oh but you're an explosion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Orsay Temple
PSEUDO : soeurs d'armes.
AVATAR : zippora seven.
MESSAGES : 74
CREDITS : @fair game
ARRIVEE : 31/08/2015
ÂGE : vingt-quatre.
SANG : de bourbe, mais tu ne prends pas ça comme une honte.
DON : lycan.
COEUR : trop sauvage pour pouvoir aimer.
EMPLOI : employée à l'animalerie.

MessageSujet: Re: mais regarde toi : tu fous l'bourdon. (orsaël)    Sam 26 Sep - 21:27

Citation :

mais regarde toi : tu fous l'bourdon.
saël beaumort && orsay temple

idiotie approuvée par tant de monde, tant de personnes, qui la bouscule de jours en jours, une idiotie qui lui fait faire tant d'erreurs, tant de conneries. qui lui fait perdre ses moyens petit à petit devant le cruel sang-pur : saël. 
une phrase suffit pour le re-motiver, pour qu'il continu à la torturer, la sauvage. dès qu'il est là, avec elle, il ne peut s'empêcher de la bousculer dans tous les sens, de lui faire sentir qu'elle ne vaut rien à côté de lui. de lui faire comprendre que ce n'est qu'une bête sauvage, une bête eragée qui ne peut rien faire d'autre que de blesser les gens un par un, rien d'autre.
pourtant, dès qu'il se montrait, la méfiance se mélangeait à l'attirance. ils s'attiraient malgré tout,  poussant Orsay à découvrir le côté mystérieux du garçon, son côté enjôleur, qu'elle ne pouvait ignorer. 

mais ce soir, Orsay n'éprouvait que de la haine envers le sorcier. il avait sa baguette pointée sur le chien qu'elle venait de soigner, vers le chien qui n'attendait que son maître pour s'en aller d'ici, vers le chien auquel la vie pouvait finir à cause d'un seul sort bien envoyé. orsay tentait tout, essayant de le dissuader mettre fin aux jours de la bête,  en vain. elle savait elle même que saël ne lâcherait pas l'affaire. il était ce soir, comme tous les soirs, d'une humeur joueuse. 
"et pourquoi ça ?"   
 Il le savait qu'elle ne lâcherait rien, qu'elle s'énerverait si il le fallait, elle sortirait les griffes si il s'en prenait encore une fois à la bête.  C'est tout ce qu'il attendait, la voir s'énerver, crier, la voir en furie. Qu'elle s'exprime, que ses yeux deviennent étincelles, qu'elle essaye de l'impressionner.
"tu connais assez mes intentions, orsay. t'auras bien du mal à m'en dissuader."
Va s'y orsay, sors les griffes.      

pouls accélèré, griffes sorties, yeux étincelants, voilà ce qu'il attendait le sorcier. Un autre sourire de vinqueur se dessina sur les lèvres du sang-pur. Orsay savait qu'il n'attendait que ça depuis le début, qu'elle se donne en spectacle devant lui. Elle était entrain de le faire, et ça plaisait au garçon.  Il ne lâcha pas sa baguette pour autant, la tenant toujours sur le chien affaibli.
"tu le sais toi même, je ne compte pas lâcher l'affaire non plus."
ni une ni deux, elle s'élança vers lui,  comme une vraie louve enragée.
Aller orsay, montre lui une bonne fois pour toute ce que tu vaux.
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

_________________
one thousand lonely stars
i've died a thousand times ✻ i'd die to be where you are. i tried to be where you are. every night, i dream you still here. yhe ghost by my side, so perfect so clear. when i awake, you disappear.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Saël Beaumort
PSEUDO : wildworld (chloé)
AVATAR : dylan o'brien
MESSAGES : 148
CREDITS : @AESTHETIC
ARRIVEE : 30/08/2015
ÂGE : vingt-cinq années d'une vie torturée.
SANG : pur, à l'évidence, générant l'envie, la richesse, le pouvoir.
DON : lui-même est un don.
COEUR : fiancé à la douce poupée contre son gré, mais son cœur reste meurtris, indécis, généré par un trop plein de pulsions déplacées envers cette rousse endiablée.
EMPLOI : langue-de-plomb, département des mystères.

MessageSujet: Re: mais regarde toi : tu fous l'bourdon. (orsaël)    Jeu 1 Oct - 18:01

REGARDE TOI
the saints can't help me now, the ropes have been unbound. i hunt for you with bloody feet accross the hallowed ground. Δ florence + the machine // howl.

"tu le sais toi même, je ne compte pas lâcher l'affaire non plus."
il était temps.
ses yeux deviennent foudre, une foudre si intense, dont saël se délecte. son sourire s'agrandit d'avantage alors que celui d'orsay n'a toujours pas fait son apparition. sur son visage, c'est la haine, la vengeance. cette envie de se battre, de montrer ce dont elle est capable. et le sorcier, il n'attend que ça, depuis le début. parce qu'il a besoin de se défouler, de voir l'espèce animale à son apogée, de voir ce que peut faire orsay.
dès ces paroles prononcées, elle devient furie et se jette sur lui. saël sent l'adrénaline monter. il rit, fait bouillonner ses sens. sa baguette toujours en main, il se focalise sur les mouvements imprécis et à l'arrache de la louve, abasourdie par la rage qui lui monte à la tête. elle le déteste, il la déteste. mais c'est pas comme avec les autres. il a ce jeu plus poussé, comme si au fond, ils se plaisaient.

"je peux voir à travers tes pupilles éclairs, orsay. t'y arriveras pas, t'y arriveras jamais."
il reçoit des coups de griffes, en évite d'autres. et les poings de saël ont été bien trop utilisés pour qu'elle puisse les éviter. tout se met à exploser progressivement. y'a des fioles qui se fracassent, des pages de livres arrachées, se retrouvant tâchés de l'âme des deux sorciers.
mais il aime ça. il a toujours aimé ça. le sang rouge sombre, presque noir, reflet de son âme, sorti de ses veines gonflées de haine et d'excitation. le sang étalé sur les murs et les carreaux déjà brisés, ces éclaboussures vives qui s'encrent dans le verre, comme des marques de passages, quelque chose qui restera encré à tout jamais. c'est la violence. violence pure, c'en est presque jouissif. parce que c'est dans ces moments où il se sent réellement vivre. mais c'est aussi dans ces moments où il est, malgré tout, le plus vulnérable. parce qu'il risque sa vie soir après soir, se frotte au danger brûlant, jusqu'à y prendre vraiment goût. parce que des parcelles de lui sont répandues, pièce par pièce, entaille après entaille. il y dépose un morceau de son âme qui n'est que torturée. et grâce à ça, il est redouté, il devient celui qu'il ne faut pas approcher. parce que, même s'il y dépose une partie de son esprit, il détruit le tien, à petits feux. plus doucement, plus sûrement, jusqu'à tu deviennes totalement fou, que t'en viens à te méfier de tout.
et ce soir, saël, il aime cette orsay.
il détient une passion pour cette orsay enragée, parce qu'avec elle, c'est jamais terminé.

© GASMASK

_________________

and your shoulders are frozen, oh but you're an explosion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Orsay Temple
PSEUDO : soeurs d'armes.
AVATAR : zippora seven.
MESSAGES : 74
CREDITS : @fair game
ARRIVEE : 31/08/2015
ÂGE : vingt-quatre.
SANG : de bourbe, mais tu ne prends pas ça comme une honte.
DON : lycan.
COEUR : trop sauvage pour pouvoir aimer.
EMPLOI : employée à l'animalerie.

MessageSujet: Re: mais regarde toi : tu fous l'bourdon. (orsaël)    Jeu 8 Oct - 20:54

mais regarde toi : tu fous l'bourdon.
saël beaumort && orsay temple

et tout recommençait, comme à chaque fois qu'il se pointait là, saël. pas de pitié, pas d'amitié envers le sorcier, ils tentaient tout pour déstabiliser l'autre. c'était un jeu entre eux. un jeu sans fin, qui ne s'arrêtait jamais. personne ne gagnait. personne ne perdait. seul l'avantage sur l'autre comptait.
pourtant, il était beau, attirant, séduisant. il possédait ce petit quelque chose, ce ce côté mystérieux, ce côté sauvage qu'elle voulait s’apprivoiser. son regard noisette se plongeait dans celui océan de la louve. il l'attirait, elle ne pouvait dire le contraire. mais en même temps elle le haïssait au plus profond d'elle. tous ses sentiments se mélangeaient quand elle le voyait, quand il se pointait devant elle, quand il se montrait enfin. "je peux voir à travers tes pupilles éclairs, orsay. t'y arriveras pas, t'y arriveras jamais."
pourtant, elle comptait bien y arriver. tout allait si vite, elle n’eut pas le temps de réagir, de comprendre ce qu'il se passait. les coups de poings de saël ont été bien trop utilisés pour qu'elle puisse les éviter. les fioles se brisaient, les pages volaient, tout explosait en milles morceaux. les livres étaient tous tachés de sang rouge, presque noir, de la louve, ainsi que celui vif du sorcier. les vivre et carreaux se brisaient un peu plus à chaque coup dedans et les murs n'étaient plus aussi blancs et propres qu'avant. elle ne se souciait plus de rien, sauf du sorcier. elle ne s'inquiétait pas de son possible futur renvoi de l'animalerie, de tous les dégâts causés. elle ne se souciait de rien du tout.
rien du tout.
elle s’éloigna, laissant le sorcier, blessé à de multiples endroits, seul au fond de la salle, adossé contre un mur. "j'ai pas envie de ça, j'en ai plus envie."
il n'avait pas perdu son sourire de vainqueur, mais son expression avait tout de même changé. il ne comprenait pas. il ne comprenait plus orsay. pourquoi elle faisait ça ? ce n'était pas comme ça les autres fois. ça ne se passait pas comme ça. la violence coulait dans les veines de la louve. ce soir, quelque chose avait changé. "c'est stupide ce jeu. pourquoi notre ultime but c'est de blesser l'autre ? à quoi ça sert ?" elle s’attendait à une réaction violente du sorcier, à ce qu'il profite de sa faiblesse du soir pour la bousculer encore plus, pour lui faire comprendre une fois de plus que c'est une bête, un animal, qu'elle n'a rien à faire dans la société.
pourtant, il s'approcha d'elle, assez près pour qu'elle entende son souffle, sans aucun signe de violence.
que fais-tu saël ?
✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

_________________
one thousand lonely stars
i've died a thousand times ✻ i'd die to be where you are. i tried to be where you are. every night, i dream you still here. yhe ghost by my side, so perfect so clear. when i awake, you disappear.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: mais regarde toi : tu fous l'bourdon. (orsaël)    

Revenir en haut Aller en bas
 
mais regarde toi : tu fous l'bourdon. (orsaël)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mais que fait ce bourdon dans le champ de la photo! mer....!
» TNT signal (bon), mais aucune chaîne
» Le Temps passe, mais les Souvenirs restent.
» Semois: cendre sèche mais tige de pipe grasse.
» Tu n'es plus là (SGA)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE FAULT IN THE MOON ::  :: Allée des sapins :: Animalerie La Ménagerie magique-